+33 (0)4 91 85 42 78 contact@pareidolie.net

tomette jaune
CARTE BLANCHE 2015

DANS LE CADRE DE PARÉIDOLIE, LE CHÂTEAU DE SERVIÈRES PROPOSE UNE CARTE BLANCHE À
NAWAL SLAOUI, CULTURES INTERFACE – MAROC & KARIMA CELESTIN, GALERIE KARIMA CELESTIN – MARSEILLE

CARTE BLANCHE À NAWAL SLAOUI
CULTURES INTERFACE – MAROC

ARTISTE INVITÉ – MUSTAPHA AKRIM
CULTURES INTERFACE – PRODUCTION ET DIFFUSION D’ART CONTEMPORAIN À CASABLANCA

Créée en 2010, CulturesInterface est une société qui a pour vocation la production et la diffusion de la création contemporaine du Maghreb et de la Méditerranée.

À la fois une galerie itinérante à travers l’Afrique, l’Europe et l’Amérique, CulturesInterface utilise ponctuellement sa propre galerie installée à Casablanca au Maroc. Ce choix permet d’avoir une multiplicité de propositions adaptées à diverses oeuvres et aux besoins spécifiques de chaque projets. Par sa mobilité et sa flexibilité, CulturesInterface participe à des biennales et des foires et collabore avec des structures et galeries d’art internationales aux objectifs communs.

Ainsi nous réalisons la promotion d’artistes à l’international par des expositions clés en main, du commissariat d’exposition et aussi par la production d’œuvres de commande pour l’espace public et privé.

CULTURES INTERFACE

CARTE BLANCHE À KARIMA CELESTIN
GALERIE KARIMA CELESTIN – MARSEILLE

ARTISTE INVITÉ – MASSINISSA SELMANI
PROGRAMMATION VIDÉO – DESSIN

La galerie Karima Célestin est à l’image de Karima Célestin. Une identité forte façonnée par un mélange de sobriété, d’exigence et d’engagement.On retrouve chez ses artistes, le même intérêt pour une forme pure, souvent radicale de laquelleémanentde l’histoire et du discours, de l’affect et de l’humain. A travers une quinzaine d’expositions en trois ans, une attention particulière aura été accordée au dessin et à la vidéo, médiums de cœur de la galeriste. La galerie entame un virage en Novembre 2014 qui l’emmène encore davantage vers la vidéo. Elle décide d’en explorer toutes les formes et tous les sens. Elle se spécialise et tente d’offrir au public une vision exhaustive du sujet. Depuis, quatre expositions curatoriales seront entièrement consacrées à la vidéo ainsi que des projections hors les murs, laissant poindre un intérêt grandissant pour ce moyen d’expression, toujours en train d’écrire son histoire.

En juin 2015, Karima Célestin quittera le lieu immaculé de la rue Sénac, pour s’adonner entièrement à son nouveau projet et lui trouver un nouvel écrin plus adapté. Elle entend désormais soutenir la vidéo dans ses amonts et ses avals. Fidèle à sa conception du métier, elle continuera d’accompagner les artistes, en soutenant leur projet dès leurs prémices, en leur offrant des possibilités de production à la hauteur de ce que la vidéo impose et en diffusant leur travail à l’échelle internationale.

Karima Célestin invente une nouvelle façon de faire son métier, plus en adéquation avec les nouvelles donnes économiques, mais aussi avec les singularités de la vidéo en terme de circulation et de reproductibilité, contraintes inhérentes à l’essence virtuelle du médium. Il faut aujourd’hui tout réinventer ! « Une histoire qui constitue, si ce n’est un territoire spécifique, une zone d’échange, de circulation, de transformation aussi bien d’images que de genres, de domaines conceptuels, de relations.»[1]

Céline Ghisleri

[1] Marion Hohlfeldt, « Françoise Parfait. Vidéo : un art contemporain », Critique d’art [En ligne], 19 | Printemps 2002, mis en ligne le 29 janvier 2012, consulté le 27 avril 2015. URL : http://critiquedart.revues.org/2053

GALERIE KARIMA CELESTIN